Vanessa Nadal parle des mots à la mode en matière de beauté pour trouver des produits qui fonctionnent

Vanessa Nadal veut changer la façon dont nous achetons des produits de beauté, et l'avocate, l'ingénieur chimiste, la diplômée du MIT et la professeure adjointe sont la femme idéale pour le faire.



Nadal pourrait être marié à Lin-Manuel Miranda, le créateur et star nominée aux Golden Globes de Hamilton , mais il est sûr de dire qu'elle est tout aussi 'non-stop' comme son mari. À savoir : elle a figuré dans le numéro de Badass Women de cette année Dans le style magazine, pour son travail visant à dissiper les mythes de la beauté et à créer une industrie plus sûre et plus transparente. L'avocate et mère de deux enfants (elle et Miranda partagent Sebastian, 6 ans, et Francisco, 3 ans) ne garde pas pour elle tout le savoir-faire de la beauté ; elle a combiné ses passions et son expérience pour co-créer et enseigner un cours unique en son genre au Fashion Law Institute de l'université Fordham sur la réglementation des cosmétiques.

Dans la classe, elle plonge dans la science de la peau («parce que vous devez savoir ce que vous réglez», dit-elle), l'histoire des lois sur les cosmétiques et le domaine profondément incompris de la façon dont les agences fédérales font - et ne le font pas - gardez tout ensemble. En dehors de la salle de classe, elle contribue à un manuel sur le droit de la mode du Fashion Institute de la Fordham's Law School, et essaie parfois d'expliquer les complexités de sa carrière à son mari. 'La section de 'Non-Stop' [ à Hamilton ] où Burr et Hamilton sont avocats ensemble m'amuse toujours », dit Nadal. 'Nous plaisantons en disant que c'est ce que Lin-Manuel pense que je fais.'



jensen ackles nu

À venir, Nadal donne un aperçu de ce que nous nous trompons sur la sécurité de l'industrie de la beauté (beaucoup), ce qu'elle espère changer (également beaucoup) et comment elle s'assure d'acheter des produits dont elle sait qu'ils seront sûrs et efficaces pour sa peau (c'est plus facile que vous ne le pensez !). Continuez à lire, nous vous jurons que vous vous sentirez 10 fois plus intelligent après.

Tout ce que nous pensons savoir sur la réglementation des produits de beauté est faux



Des allégations circulent depuis des années selon lesquelles les États-Unis ne réglementent que 11 ingrédients dans les produits cosmétiques, tandis que l'Union européenne a plus de 1 300 ingrédients restreints. Mais Nadal est là pour briser ce mythe de la beauté.

'La plus grande idée fausse est que les États-Unis ne réglementent pas les ingrédients cosmétiques autant que les autres pays', dit-elle. « Nous ne réglementons pas exactement de la même manière, mais si vous savez où chercher, il existe de nombreux autres ingrédients réglementés pour une utilisation dans les cosmétiques – et, oui, les entreprises de cosmétiques et les agences gouvernementales le savent. »

CONNEXES : La Californie interdit 24 ingrédients des produits de beauté – mais qu'est-ce que cela signifie vraiment ?



Mais Nadal dit que les entreprises et les blogueurs ne se sont pas contentés de tirer le numéro 11 de nulle part. C'est le nombre d'interdits catégories répertoriés dans le Code of Federal Regulations de la FDA.

«Ces catégories comprennent en fait quelques centaines de produits chimiques individuels», explique-t-elle. « Mais il y a plus : aux États-Unis, un cosmétique contenant un principe actif médicamenteux sera également réglementé comme un médicament. » C'est en fait une bonne nouvelle car, comme elle l'explique, une majorité du budget de la FDA est consacrée à la surveillance de la sécurité des médicaments, de l'alimentation, des médicaments pour animaux et même du tabac, tandis que la réglementation des cosmétiques est calée dans les 1,6 % du budget alloués à ' Autres programmes.'

« propre », « naturel » et « chimique » sont des mots à la mode sans fondement pour la beauté

Il existe une multitude de mots à la mode sur la beauté qui peuvent être incroyablement trompeurs, ce que Nadal dit être par conception.



« Il est illégal de mal étiqueter les cosmétiques, ce qui signifie que l'étiquetage ne peut pas être « faux ou trompeur » ; dit Nadal. « Mais il y a de la place pour une interprétation subjective en ce qui concerne les « mots à la mode » ; également connu sous le nom de « revendications ». Ainsi, par exemple, une marque peut créer sa propre définition du mot « propre » et ensuite dire que tous ses produits le sont.

CONNEXES : Tout le monde veut utiliser des produits de beauté propres, mais est-ce que quelqu'un sait ce que signifie vraiment « propre » ?

''Nettoyer' est un terme problématique », dit Nadal. « La seule définition irréfutable de la propreté est « sans saleté », » et pour cela, vous avez juste besoin de savon », dit-elle. « Vous remarquerez que « nettoyer » est généralement utilisé pour décrire une marque, pas un produit individuel, probablement pour éviter les lois sur l'image de marque.'

cartographie du visage

Mais les mots à la mode qui lui passent vraiment sous la peau sont « chimiques » et « naturels ».

« C'est la diabolisation du mot « chimique » et la déification du 'naturel' ça me dérange », dit-elle. « Tout est fait de produits chimiques ! Toi et moi sommes faits de produits chimiques. Et tous les produits naturels sont faits de produits chimiques. 'H2O' n'est pas une façon funky de dire l'eau, c'est son chimique Nom.'

D'un autre côté, ajoute-t-elle, ce n'est pas parce que quelque chose est « naturel » qu'il est sans danger. De nombreux ingrédients présents dans la nature peuvent être nocifs. 'L'arsenic est un élément du tableau périodique que l'on trouve naturellement dans le sol volcanique, et il était consommé par les femmes dans les années 1880 pour obtenir une peau pâle', nous dit Nadal. 'L'arsenic est également un poison qui détruit les globules rouges, peut provoquer la cécité, la calvitie et, à des doses plus élevées, la mort.' La nature!

Vanessa NadalVanessa Nadal Crédit : Dana Maxson

Comment choisir des produits sûrs - Plus, les favoris de Vanessa

Avec tout le jargon qui circule, il peut être difficile de savoir à quels produits faire confiance. Nadal recommande de consulter le site Web d'une marque (recherchez leur interprétation de « propre »), de consulter votre dermatologue pour déterminer quels ingrédients répondent aux besoins de votre peau et de lire les étiquettes des produits.

jack falahee tumblr

« Selon la loi, tous les produits cosmétiques doivent porter une « déclaration » [sur l'étiquette] qui répertorie tous les ingrédients (à l'exception des ingrédients du parfum) », explique-t-elle. Et puis, magasinez, car la FDA interdit aux entreprises de vendre des produits jugés nocifs, ou qui ont été fabriqués ou stockés dans des conditions insalubres. « Il existe une énorme incitation financière et de réputation à adhérer à [ces règles] », dit-elle. C'est pourquoi elle se sent généralement en sécurité en utilisant tous les produits qu'elle trouve dans les rayons des magasins réputés.

En ce qui concerne sa propre routine, elle dit qu'elle est plutôt minimaliste. Elle s'en tient à son fidèle mascara et ne jure que par son blush en bâton NARS et sa poudre à sourcils Anastasia BH pour un look simple au quotidien. Elle adore ajouter un rouge à lèvres qui « a fière allure, se sent bien et reste en place », et pour cela, elle fait confiance à MAC.

Au début de la pandémie, Nadal, comme beaucoup d'entre nous, a trouvé le temps d'expérimenter des produits, elle a donc désormais adopté une routine de soins de la peau plus approfondie. 'Le matin, j'applique de la vitamine C pour éclaircir la peau, une crème hydratante si je me sens sèche et un écran solaire au besoin', dit-elle. Dans le style . «La nuit, je superpose un produit au rétinol sous une crème hydratante. J'utilise aussi un peeling acide une fois par mois (mon objectif est hebdomadaire mais #momlife).'

Sur la vie de famille pendant la pandémie

Comme tout le monde l'année dernière, Vanessa, Lin-Manuel et leurs enfants ont dû s'adapter aux nombreux changements survenus avec la pandémie mondiale en cours.

'Mes amis me manquent, mais je me sens super, super chanceuse d'avoir pu buller en toute sécurité avec les grands-parents ou notre nounou à différents moments au cours de l'année écoulée', dit-elle. Ils ont même trouvé des points positifs à leur temps ensemble. 'Il y a eu plusieurs côtés positifs qui, je pense, ne nous sont pas uniques : des dîners de famille réguliers, un lien de fratrie plus fort entre nos enfants, sortir davantage', dit-elle.

Elle a également plongé tête la première dans l'apprentissage en ligne avec son fils aîné. (« L'apprentissage à distance ressemble plus à l'enseignement à domicile à la maternelle et en première année. ») Et elle a mis ses études et ce diplôme du MIT à bon escient pour donner un sens à l'actualité. 'Je me sens chanceuse de pouvoir tirer parti de ma formation d'ingénieur chimiste alors que je me plonge dans la recherche sur COVID-19', qui, dit-elle, a aidé sa famille à prendre des décisions éclairées pendant la pandémie en cours.

'Ce genre de trucs reste dans mon cerveau - contrairement, disons, au fonctionnement des notes de musique : le nombre de fois que mon mari m'a expliqué un changement clé...', plaisante-t-elle.